Culture

La structure de la Terre

La structure de la Terre

La structure de la Terre est composée d’une succession de couches concentriques : la croûte continentale, la croûte océanique, le manteau et le noyau, ces deux derniers étant eux-mêmes subdivisés :

  • La croûte continentale, partie la plus « ancienne » de l’écorce terrestre, aussi appe‐ lée lithosphère. Son épaisseur varie entre 50 et 100 km, sa température est inférieure à 500 °C et sa densité est de 2,8. De consistance solide, elle représente 2 % du vo‐ lume terrestre.
  • La croûte océanique, partie la plus « jeune » de l’écorce terrestre, aussi appelée as‐ thénosphère. Elle est constituée de roches plus denses où dominent silicium et ma‐ gnésium. Elle est d’une densité de 3,3 ; sa température varie de 500 à plus de 1 000 °C, et son épaisseur est de 200 km.
  • Le manteau, couche intermédiaire entre l’asthénosphère et le noyau, est, à cause de propriétés physiques différentes, lui-même subdivisé en manteau supérieur et manteau inférieur. Le premier a une épaisseur de 700 km, une consistance pâteuse, et une den‐ sité de 4,3 ; température de 1 400 °C. Le second a une épaisseur de 2 200 km, une consistance solide, et une densité de 5,5 ; il y règne une température de 1 700 °C.
  • Le noyau, également décomposé en noyau externe et en noyau interne. Le premier, de consistance liquide, a une densité de 10, une épaisseur de 2 250 km ; il y règne une température de 5 000 °C. Le second, de consistance solide, a une densité de 13,6, une épaisseur de 1 300 km. Il y règne une température de 5 100 °C.

L’atmosphère terrestre

Elle enveloppe la Terre sur environ un millier de kilomètres d’épaisseur. Plus l’altitude s’élève, moins l’atmosphère contient de gaz. Au niveau de la Terre, elle est composée de 78 % d’azote, 21 % d’oxygène et 1 % de gaz rares. L’atmosphère s’est formée il y a environ 3 milliards d’années, après que des pluies torrentielles se sont abattues sur la Terre. Au fil du temps, elle s’est enrichie en oxygène et a développé, à 25 km d’altitude, une couche d’ozone (gaz bleu toxique à forte odeur), véritable écran qui filtre les rayonnements mortels, les rayons ultraviolets émis par le Soleil, et laisse passer ceux dont nous avons besoin pour le maintien de la vie. Chaque jour, 12 à 15 m3 d’air nous sont nécessaires pour respirer. Voici comme se décompose l’atmosphère :

La troposphère

La troposphère, partie de l’atmosphère située à 15 km d’altitude en moyenne (7 km au-dessus des pôles, 18 km au-dessus de l’équateur). C’est là que se forment les nuages car elle concentre 90 % de la masse d’air et de la vapeur d’eau. La tempéra‐ ture y est de – 56 °C dans la zone qui la sépare de la stratosphère. Avec l’altitude, elle diminue de 10 °C environ tous les 100 mètres. Les phénomènes météorologiques s’y produisent et s’y développent (tonnerre, éclairs, foudre, anticyclones, dépressions, orages, tornades, typhons, ouragans, pluie, neige).

La stratosphère

La stratosphère, située entre 15 km et 50 km d’altitude environ. La température s’y élève, pour atteindre presque 0 °C à 50 km alors qu’elle est de – 80 °C à la limite d’avec la troposphère. C’est là que se trouve la couche d’ozone, qui absorbe les dan‐ gereux rayons solaires ultraviolets. D’une grande stabilité de ses diverses couches, maintenue d’ailleurs par la hausse régulière de leur température interne. Bougeant peu, les différentes couches ressemblent à des couches de terre empilées, ou strates, d’où son appellation.

La mésosphère

La mésosphère, littéralement « sphère moyenne », située entre 50 et 80 km d’alti‐ tude environ. Troisième couche d’atmosphère la plus élevée, elle constitue la sépara‐ tion véritable entre le domaine terrestre et celui de l’espace intersidéral. La tempéra‐ ture recommence à décroître et atteint – 80 °C à 85 km. En la traversant, les météores et les poussières s’enflamment, donnant naissance aux étoiles filantes.

La thermosphère

La thermosphère, « qui chauffe la sphère », est la couche externe de l’atmosphère. Elle s’étend au-delà de 85 km d’altitude. La température s’élève encore en fonction de l’altitude, pour atteindre 500 °C vers 250 km, 1 600 °C vers 500 km. D’une très faible densité et ne comportant pas d’air, elle ne brûle pas les objets qui la traversent. Audelà de 10 000 km, la thermosphère devient l’exosphère, ou atmosphère externe. Il s’agit d’une partie complexe, car elle tend à se mélanger à l’espace dont il est difficile de la séparer nettement.

Source
Un kilo de culture générale P 37.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page