Santé et sécurité au travail

Préparation et mise en peinture des véhicules en sécurité

les risques de préparation et mise en peinture des véhicules

La mise en peinture des véhicules et les opérations préliminaires qu’elle nécessite (dégraissage, décapage, ponçage…) présentent des risques importants :

  • Intoxication par ingestion ou surcharge pulmonaire par inhalation de poussières provoquées par le ponçage ou le piquage de carrosseries ou de sous-ensembles.
  • Intoxication par inhalation de produits toxiques, solvants de peinture en particulier (cf. § 1.6. Produits dangereux et toxiques). Ces intoxications peuvent provoquer un certain nombre de maladies professionnelles résumées dans le tableau 3 ci-après.
  • Incendies dans les installations de mise en peinture (cabine de pulvérisation et de séchage, bac de préparation de peintures, stockage des produits et des déchets, etc.)
  • Explosion due aux vapeurs de solvants inflammables

Tableau des maladies professionnelles à retenir pour les travaux de peinture

1 troubles digestifs du plomb de certaines peintures (coliques de plomb), neurologiques (paralysie périphérique et troubles cérébraux), rénaux et hématologiques (anémie)

Produits Utilisation n° de tableau Maladies
Plomb et composés du plomb pigments de certaines peintures 1troubles digestifs du plomb (coliques de plomb), neurologiques (paralysie périphérique et troubles cérébraux), rénaux et hématologiques (anémie)
toluène, xylène, solvants contenus dans certaines peintures 4 bis troubles gastro ntestinaux apyrétiques
hydrocarbures halogénés produits de dégraissage 12 troubles gastro intestinaux apyrétiques
solvants divers (éthers de glycol, alcools cétones, hydrocarbures aliphatiques, etc… peintures, diluants produits de décapage, nettoyage et rebouchage des carrosseries 84 troubles neurologiques cutanéo-muqueux, rénaux, hépatiques, cardio-respiratoires et digestifs
isocyanates durcisseurs (peintures polyuréthannes) 62 atteintes cutanées et neurologiques
résines poxydiquesproduits de rebouchage pour carrosseries 51 rhinopharyngite bronchite, asthme
amines aliphatiques et alicycliques– durcisseur des résines époxydiques
– amines de neutralisation (peintures en phase aqueuse)
49, 49 bis dermites, asthme
amines aromatiquesdurcisseur des résines époxydiques 15, 15 bis,
15 ter
dermites, troubles neurologiques et hématologiques, cancers

RÉGLEMENTATION

  • Art. R. 4312-3 à R. 4312-22 du code du travail relatifs aux cabines de peinture.
  • Arrêté du 3 mai 1990 pris en application des art. R. 4311-4-7° et R. 4312-7 al. 1 du code du travail précisant les vitesses de ventilation des cabines de projection destinées à l’emploi de peintures liquides ou de vernis.
  • Décret 47-1619 du 23 août 1947 modifié visant la protection des travailleurs qui exécutent des travaux de peinture, ou de vernissage par pulvérisation.
  • Arrêté du 11 juillet 1977 fixant la liste des travaux nécessitant une surveillance médicale spéciale.
  • Rubrique n° 2930.2 : Application, cuisson, séchage de vernis, peinture, apprêt sur véhicules et engins à moteur.

Voilà une Poste de préparation des peintures (pesée) avec aspiration frontale. En arrière plan, le stockage des peintures en pots.

MESURES PRÉVENTIVES

1. Stockage des produits (peintures, diluants et solvants) – stocker les produits dans un local indépendant et bien ventilé dont l’éclairage sera conçu sous verre dormant et n’y utiliser et installer que des appareils électriques utilisables en atmosphère explosible,

  • y interdire de fumer et afficher clairement cette interdiction,
  • veiller à ne mettre à disposition sur les lieux d’utilisation que les quantités de produits nécessaires à un jour de travail, – prévoir une rétention.

2. Préparation des produits

La préparation des peintures nécessite d’effectuer des mélanges de produits et de les agiter pour les rendre homogènes. Prévoir un local, indépendant de celui du stockage, muni d’une ventilation naturelle permanente et d’une ventilation mécanique pour l’extraction de l’air pollué.

Un captage localisé enveloppant les zones où sont effectuées les opérations de préparation (pesage, mélange, pulvérisation, nettoyage, etc.) doit être mis en œuvre selon le principe du dosseret aspirant de façon à assurer un balayage horizontal de l’air (fig. 33).

Avec l’utilisation de peintures hydrodiluables, les techniques de nettoyage changent et ne nécessitent plus d’aspiration frontale .

Poste de nettoyage des pistolets de pulvérisation de peinture hydrodiluable:

Récupération des déchets

Les déchets récupérés après des travaux de peinture sont de deux types :

  • déchets liquides : solvants et diluants usés, fonds de peinture…
  • déchets solides : papiers ayant servi de “caches”, chiffons sales…

Récupérer séparément ces deux types de déchets dans des conteneurs métalliques munis de couvercles étanches.

Les solvants usagés étant considérés comme déchets dangereux, il est indispensable de leur faire suivre une filière de traitement adaptée ; donc de les faire collecter par un prestataire autorisé.

Peinture des véhicules

La mise en peinture de la totalité ou d’une partie seulement d’un véhicule doit toujours être effectuée en atmosphère salubre dans une cabine ventilée, conformément au décret du 23 août 1947 relatif aux travaux de peinture.

 Travaux de peinture dans une cabine ventilée
Travaux de peinture dans une cabine ventilée

Les cabines neuves ou d’occasion installées depuis le 1er octobre 1990 doivent satisfaire aux exigences des articles R. 4312-3 à R. 4312-18 du code du travail. Les critères techniques à respecter sont précisés dans le guide de ventilation n° 9.1 de l’INRS (ED 839).

Assurer correctement l’entretien de la cabine en utilisant le carnet fourni à cet effet par le constructeur qui prévoit notamment :

Le remplacement périodique des filtres d’air considérés alors comme déchets dangereux, – l’examen au moins une fois par an, de l’état intérieur des conduites d’extraction d’air en aval des filtres.

En effet des dépôts de peinture dans les gaines sont la principale source des incendies observés dans les installations de peinture.

Le nettoyage de ces conduits se fera de préférence à l’aide d’un moyen mécanique et dans tous les cas sans l’aide d’un solvant inflammable.

Les rejets d’air doivent respecter les règles de protection de l’environnement et ne pas constituer une nuisance pour le voisinage. Les matières solides et/ou les vapeurs de solvant doivent être retenues par des filtres.

Assurer le contrôle de la santé du personnel par un médecin qui procédera aux examens et notamment :

établira un certificat d’aptitude avant d’admettre un employé à effectuer des travaux de peinture au pistolet,

renouvelera ce certificat un mois après l’embauche et effectuera une visite médicale tous les six mois (art. 6 et 7 du décret du 23 août 1947).

Mettre à la disposition du personnel tout le matériel de protection nécessaire et s’assurer de son bon entretien.

Contrôler périodiquement le système d’aération des cabines de peinture conformémet à l’article R. 422-20 du code du travail et à l’arrêté du 8-10-1987.

Source: L’Institut national de recherche et de sécurité.

La source
L’Institut national de recherche et de sécurité
Mots clés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

Stop AdBlock